Archives de Catégorie: Programmation

Cycle Habitabilité de notre écosystème: les contraintes macroscopiques

Nous avons eu ce jeudi 19/1/23 un atelier autour des contraintes macroscopiques, dans le cadre du cycle « Nouveau paradigme de l’habitabilité »

Cet atelier-débat organisé par le GREP MP invite les citoyens à venir échanger sur la notion d’habitabilité de notre monde.
Cet atelier était organisé en 3 moments intercalés par des échanges nourris.

Les enregistrements et présentations sont disponibles ici:
– l’enregistrement vidéo;
– l’enregistrement audio;
Mes diapos support;
– les diapos de Cédric ALLAIN issues de notre travail d’aout 2022.

Le texte qui suit est un résumé de ces présentations et échanges. Il se termine par le programme prévisionnel du Colloque du 1/4/23 et une liste d’associations qui pourraient être invitées pour le 4ème thème de ce colloque.

1er moment Cadrage Général

Nous vivons dans une société d’abondance grâce au succès de la révolution humaniste du XVIIIe siècle et à l’efficacité du capitalisme. L’humanité est passée en 10 000 ans d’une espèce marginale de 4 millions d’individus à une espèce dominante de 7 milliards d’individus. Mais notre espèce est menacée par son succès et par les pollutions diverses liées aux progrès technologiques et à l’industrialisation. L’humain a besoin de constituer un nouveau paradigme pour qu’il puisse continuer à vivre dans son écosystème.

Bruno LATOUR, Catherine LARRERE, Philippe DESCOLA et d’autres considèrent qu’il est temps de penser ce changement de civilisation. Il convient de construire le nouveau paradigme de la sobriété à travers :

  • des imaginaires : récits,  films, posts sur les réseaux sociaux ;
  • des valeurs : liberté, responsabilité, l’attention à autrui (ou care);
  • une description du monde réel: abondance, inégalités, … ;
  • la viabilité, l’habitabilité.
Lire la suite

La grande rupture. Réconcilier jeunes et seniors.

Au GREP le samedi 22 octobre à 16H30 : grand amphi de TBS Lascrosses.
Nous recevrons Alain VILLEMEUR,
directeur scientifique de la chaire universitaire TDTE :  «Transitions Démographiques, Transitions Economiques » . Cette Chaire est hébergée par l’Institut Louis Bachelier et l’université Paris Dauphine.

Alain VILLEMEUR est co-auteur du livre La Grande Rupture, Réconcilier Keynes et Schumpeter

Ce livre est assez remarquable. Il retrace une approche très audacieuse conduisant à une modélisation d’une nouvelle croissance durable et inclusive. Il propose un nouveau paradigme économique du XXIe siècle. Basée sur 5 postulats et 6 répartitions, l’équipe de TDTE a pu identifier une trajectoire 2050 souhaitable pour la France.

Auparavant, il synthétise des travaux pluridisciplinaires des sciences sociales, en identifiant les impasses et les avancées. Keynes, Schumpeter, Kaldor, Foucault, Braudel, Stern, Nordhaus, Aghion, Piketty, Goodhart, Masson, Levi-Strauss, Polanyi, Ellul, Diamond, Durkheim, Wittgenstein, … sont mis à contribution, sans parler des « Anciens » et des analyses économétriques issues de l’OCDE, de la BM, du FMI,

Une somme impressionnante mais courte permet à ce petit livre de 200p de nous entrainer dans la démarche intellectuelle d’une chaire en économie. Les équations du modèle sont décrites, mais le citoyen éclairé n’a pas besoin de s’y plonger. La validité du modèle a pu être vérifiée en prenant l’économie américaine de 1961 à 2000, période pour laquelle des données précises sur toutes les variables sont disponibles. Nous laisserons les spécialistes en débattre.

Voici la façon dont le Cercle des Economistes annonce un évènement à Paris ce mardi 18/10 sur cette même base : « Résoudre le conflit intergénérationnel / Génération sacrifiée, retraites, Ehpad, crise sanitaire, chômage des jeunes et des seniors, vieillissement et dépendance, jamais on n’a autant parlé de générations ! Mais où sont les propositions pour recréer une harmonie entre les générations ? Mardi 18 octobre, la Chaire TDTE organise une conférence où seront présentées et débattues les bases de ce qui pourrait faire le projet politique des prochaines décennies. »

Plus d’informations sur l’évènement à Toulouse et les travaux des auteurs sur :
https://grep-mp.org/evenement/la-grande-rupture-reconcilier-jeunes-et-seniors/

Nous profiterons de cette Conférence-Débat à Toulouse pour participer à l’intensité du débat vivant !


Le programme de Lectures de Philosophes du Temps Présent

Le groupe de lecture des Philosophes du Temps Présent reprendra ses réunions mensuelles en septembre 2022.

Pour vous inscrire, merci d’écrire à : lectures.philo[à]grep-mp.org

Nous lirons les  livres de deux philosophes au cours de cette année 2022-23 : Dans celui de Joëlle Zask, nous verrons que le tournant écologique dépend de la démocratie. Le manifeste de Bernard Steigler, pense une technologie de l’esprit qui vise son élévation et non sa régression.

Joëlle Zask, ÉCOLOGIE ET DÉMOCRATIE, Premier Parallèle, 2022 :
Dans ce livre, Joëlle Zask, nous alerte :  nous devons introduire dans l’idée de citoyenneté la production, l’entretien, la préservation et la transmission d’espaces concrets partageables. En somme démocratie et écologie s’augmentent et s’impliquent l’une l’autre plutôt qu’elles ne s’opposent.

Bernard Stiegler, ARS INDUSTRIALIS Réenchanter le monde, Flammarion, 2006 :
Dans cet essai Bernard Stiegler vou­lant démon­trer “la vie de l’esprit”, comme le pré­co­ni­sait Han­nah Arendt, à tra­vers Ars Indus­tria­lis, l’auteur nous invite à notre propre réflexion sur le monde et ses vicis­si­tudes.

Si l’innovation se met au ser­vice des “objets com­mu­ni­cants”, qu’en est-il réel­le­ment du rôle et de la place de l’esprit, de la réflexion, dans l’organisation contem­po­raine, le capi­ta­lisme indus­triel, le modèle cultu­rel de la société de consom­ma­tion actuelle, qui fait la part belle aux tech­no­lo­gies de la communication ?

L’activité se déroulera à 18h à l’Observatoire de Jolimont les jours suivant : 19 septembre 2022 / 17 octobre 2022 / 21 novembre 2022 / 12 décembre 2022 / 23 Janvier 2023 / 13 février 2023 / 20 mars 2023 / 17 avril 2023 / 22 mai 2023

La saison 21/22 de « Lectures de philosophes du temps présent » démarre.

Cette activité mensuelle du GREP, est proposée aux adhérents. Il s’agit d’une lecture active et partagée d’œuvres de philosophes contemporains.
En voici l’introduction écrite par l’équipe d’animation de Sylvie SANCHEZ-OLIVER.

La première rencontre aura lieu lundi 11/10 à 18H à l’Observatoire. Contactez l’accueil du GREP pour y participer.

Introduction Générale des lectures

Au cours de l’année 2020-2021, nous avons réfléchi sur des textes issus en partie des ouvrages de Cynthia Fleury. Celle-ci, « dans ces différents postes d’observation, » s’intéresse aux dérives et aux dysfonctionnements propres à l’individu et à la « santé démocratique » ; elle souligne que notre temps est à l’heure des repliements sur soi qui créent de la vulnérabilité chez le sujet, du ressentiment, de la division, ce qui met en danger le collectif. Les dynamiques d’engagement, du commun sont en sommeil. Comment y remédier et créer une responsabilité chez chacun de nous pour un destin plus collectif, pour sauvegarder la démocratie ? Comment redonner un élan à l’humain, rendre chacun capacitaire à aller vers les autres, dans ses activités ? Comment se dégager « d’une résistance qui préfère se soumettre à la passion victimaire » pour « s’engager dans une résistance plus active de type civique et démocratique »[1]

Pour l’année 2021-2022, nous voudrions porter un regard d’attention à ce qui se trame dans « nos activités » d’être humain. Ces activités qui nous sont tellement familières que nous avons tendance à ne pas voir qu’elles portent des possibles « vivre autrement », Cela demandera d’éviter de tomber dans des simplifications, de ne pas se satisfaire de regards en extériorité ou de surplomb, pour pouvoir s’instruire en prenant en compte d’autres savoirs non immédiatement visibles mais bien présents à l’intérieur de toute activité humaine. L’enjeu est épistémologique, éthique, social, et politique.

Si la vie se tisse sur une multitude d’activités, nous commencerons par nous interroger sur l’activité dans le travail, tout en étant conscient qu’il existe de multiples définitions du travail.  (Le travail domestique est-il un travail ?)  Examiner l’activité ou le travail en ne retenant que les effets produits, est-ce suffisant ?  En agissant ainsi, ne contribuons-nous pas à réifier les êtres qui font l’activité (ou le travail) ?

Le ressentiment, qui nous préoccupe suite à la lecture de « ci-git l’amer » de Cynthia Fleury, ne naît-il pas dans cette maltraitance de l’activité des « êtres d’activité » ? (des travailleurs)

A contrario, en étant attentifs à l’activité, pourrons-nous y voir des dimensions que nous avons pour habitude d’ignorer et en particulier pourrons-nous y trouver des réserves d’alternative susceptibles de nous éclairer dans nos choix politiques ?

Nous nous intéresserons donc à des textes qui traitent du travail, pour découvrir ce que la démarche ergologique d’Yves Schwartz nous invite à repenser. Parce que la philosophie ne peut s’engager uniquement dans la voie de la spéculation, d’une épistémologie des savoirs, d’une réflexion éthique sans s’engager aussi dans ce qui constitue l’expérience humaine, nous nous risquons à parier que les « savoirs ergologiques » peuvent nous apporter de nouveaux éclairages.


[1] Cynthia Fleurry, Ci-git l’amer,  Gallimard, 2020, p. 291

L’Être humain face aux défis des technosciences – Colloque les 5, 6 et 7 avril à Toulouse

 

« Décrypter le présent pour mieux construire l’avenir », c’est la raison d’être du GREP MP qui organise les 5, 6 et 7 avril à Toulouse un colloque consacré aux enjeux liés aux évolutions rapides des technosciences. Nanotechnologies, biotechnologies, robotique, intelligence artificielle, neurosciences… autant de domaines dont les avancées fascinent autant qu’elles inquiètent. Ces trois journées ont pour objectif d’aborder toutes les questions posées par le développement des technosciences, en explorant ses multiples conséquences.

Ci-après un entretien avec Éric Duprix, journaliste pour une présentation du colloque et de sa programmation.

Lire la suite

Sa Majesté des mouches W. Golding traduction 1953

Lectures Croisées du 29 novembre 2016 – par Nicole Gauthey

Le contexte : il s’agit ici du 3ème volet d’un cycle que le G.R.E.P. a intitulé Gouverner par la peur consacré a l’analyse du livre de Golding Lord of the flies 1956. Il se situe après le commentaire du film de Peter Brook par Alice Vincens et la conférence débat avec Carole Desbarrats intitulée Violence des images

1ère partie : biographie de Golding par Michel Lagoin

2ème partie : commentaire par Nicole Gauthey Lire la suite

GREP-MP. les premières conférences 2016 sur l’entreprise.

Les 2ème et 3ème conférences ont porté cette année sur l’entreprise, avec des points de vue très différents, mais pas forcément divergents. Il est intéressant de mettre en perspective ces 2 interventions :

  • Louis Gallois – Enarque, Président de nombreux grands groupes.

  • Thierry MERQUIOL – INSA – Président de Wiseed, start-up dans le crowdfunding.

Lire la suite

Shell veut coûte que coûte maintenir le dividende de ses actionnaires

Cette petit brève (latribune.fr  |  23/12/2015), prise parmi des milliers d’autres, illustrant La grande déformation de l’entreprise de l’article précédent :
En juillet, Shell a annoncé la suppression de 6.500 postes, cette année.
Question : comment ne pas toucher aux dividendes alors que les cours du pétrole n’en finissent pas de chuter?
Réponse : réduire drastiquement les investissements et les coûts d’exploitation. Et achever la fusion à 65 milliards d’euros avec l’ex-British Gas. Royal Dutch Shell continue sa cure d’amaigrissement. Mardi 22 décembre, le groupe britannique a annoncé une réduction de ses projets d’investissements pour 2016, de 2 milliards de dollars, à 33 milliards de dollars (30 milliards d’euros). Le groupe souffre de la chute des cours de l’or noir. Mardi 22 décembre, le prix du baril de Brent a lui baissé à Londres de 24 cents à 36,11 dollars et atteint son plus bas niveau depuis 2004 en fin de séance. Le 30 juin 2015, il atteignait encore 63,22 dollars.
Le géant pétrolier anglo-néerlandais a par ailleurs évoqué sa fusion avec le groupe gazier BG Group (ex-British Gaz), qu’il compte finaliser le 15 février. Il assure que cela lui permettrait de réaliser pour 3,5 milliards de dollars de réductions de coûts et de maintenir ainsi son dividende à 1,88 dollar par action en dépit de la baisse des prix du pétrole.

Vers la nécessaire mutation de l’entreprise

Dans le but de percevoir l’entreprise au-delà du discours convenu, ci-joint un extrait de l’avant propos à Penser l’entreprise, nouvel horizon du politique, édition 2015 de Olivier Favereau, auteur également de Entreprise, la grande déformation, édition 2014 :

Le développement de la corporate governance a cristallisé une vision des rapports de l’entreprise à ses actionnaires, tenus désormais pour les  » propriétaires de l’entreprise « . Les dirigeants intériorisant cette référence d’autant plus volontiers que leurs intérêts ont été alignés sur ceux des actionnaires, la maximisation de la valeur actionnariale est devenue la finalité principale de l’entreprise.

Cette dérive a provoqué la  » grande déformation  » de l’entreprise, les considérations financières prenant une place prépondérante par rapport aux dimensions économiques et sociales. La déformation est particulièrement sensible pour les entreprises dont l’actionnariat dispersé est essentiellement composé d’acteurs en quête d’un rendement financier de leur placement, sans intérêt réel pour la vie de l’entreprise. Dès lors, le déséquilibre structurel des pouvoirs au sein de l’entreprise s’alourdit, au détriment du rapport des salariés à leur travail et à leur entreprise, et des autres intérêts mis en jeu par la vie de l’entreprise.

 

GREP: Conférence-débat Jeudi 29/10 à 20H: « L’Anthropocène, une histoire de la crise environnementale », avec Jean-Baptiste FRESSOZ

le GREP organise plusieurs conférence/débats autour de la COP21 :

  • La 1ère aura lieu ce Jeudi 29/10 à 20H à la TBS.
  • Elle porte autour de « L’Anthropocène, une histoire de la crise environnementale »,
  • avec Jean-Baptiste FRESSOZ.(voir ci-après)

Fressoz

Lire la suite

%d blogueurs aiment cette page :