Quelle reprise économique, compatible avec la sauvegarde de la planète ?

Les questions posées sont très larges, mais je vais encore élargir. En effet, le sujet liminaire est lié à la façon dont la question est posée autour de la planète. Nous sommes aujourd’hui dans une situation où ce qui nous concerne véritablement c’est l’écosystème de l’humanité. C’est comme cela que je traiterai ce sujet.

Lire la suite

Suggestion aux membres du Groupe de travail sur la question « Quelle reprise économique, compatible avec la sauvegarde de la planète ? »

Rappel : Le groupe de travail que nous avons constitué autour de la question  posée dans le titre ci-dessus a été invité à transmettre de possibles éléments de réponse en 2 ou 3 pages d’ici le 31 juillet à l’un des signataires.

Afin qu’il soit raisonnablement  envisageable  de faire une synthèse des différentes propositions, nous suggérons que, dans la mesure du possible, celles-ci s’organisent  autour des 5 questions ci-dessous :

Lire la suite

Une synthèse de nos « Lectures Associées – spécial COVID »

L’atelier lectures associées nous a conduits à réfléchir sur de nombreux textes, les uns philosophiques, les autres versés dans les sciences humaines. L’échange par visio conférence était un moyen non pas de « s’ennuyer en commun » comme le dit Schopenhauer parlant de la parade que trouvent les hommes pour lutter contre la solitude, mais de mettre en question des visions de vie car comme le dit Alain, « plus on sort de soi-même et plus on est soi-même ; mieux aussi on se sent vivre ». En effet, les dialogues, les arguments avancés par les uns ou les autres nous obligent à préciser, à questionner les fondements même de ce qui est pensé, à nous affranchir de quelques préjugés, de pensées « toutes faites »  en les passant au crible de la réflexion des autres.

Pierre Zaoui se demande « ce qu’on peut bien expérimenter quand on reste toute la journée enfermé chez soi et entre soi ». Chaque expérience est en soi rétrécie et sans intelligence commune des expériences diverses, il est difficile d’enrichir sa pensée » car il s’agira, dit Abdennour Bidar, de « nous engager à changer notre façon de vivre ».  « Avant nous étions déjà enfermés mais nous ne le savions pas.  Nous n’espérons qu’une chose : sortir du confinement et que rien ne soit plus comme avant ».

Lire la suite

Un essai de synthèse des lectures des articles de philosophie magazine durant la période du confinement

Sylvie Sanchez-Oliver
Membre de l’atelier lectures associées pour le Grep

Dès le départ nos lectures des articles de philosophie magazine m’ont permis de prendre conscience de la différence entre le politique et la politique avec l’article de Marcel Gauchet.

1- Le politique qui permet de mettre en place le confinement pour protéger la population car c’est

«ce qui assure l’existence et la permanence d’une communauté, d’une règle collective qui s’impose à tous parce qu’elle engage la vie et la mort de chaque membre. ».

Lire la suite

Un projet post-COVID?

Jacques Périé

GREP – MP       

                                  Une suggestion à mes amis / amies du CMA

Résumé : Comme de nombreux grands esprits le font remarquer, il serait bien regrettable que les humains ne mettent pas à profit la présente crise pour infléchir leur parcours. Avec sa réflexion accumulée et actuelle, le GREP a sans aucun doute l’occasion de  susciter  un débat dans la région, débat à élargir dans un premier temps à d’autres partenaires puis à porter auprès des instances de décision.

                                    _______________________________

Un grand bravo tout d’abord à ceux / celles qui  maintiennent le GREP bien vivant malgré les conditions difficiles du moment. Ces viséo-conférences et contacts sont une belle réussite. J’ai assisté pour ma part à celle sur les «  Technosciences » et j’ai pu prendre la mesure de ce que cela pouvait représenter en termes d’organisation. Je suis également impressionné par le fait que la commission «  Prospective » poursuive ses travaux comme elle le fait, ou encore que Sylvie Sanchez continue d’animer un groupe, en autres, autour de textes de Bruno Latour ( Imaginer les gestes barrière contre le retour et la production d’avant crise   https://aoc.media/opinion/2020/03/29/imaginer-les-gestes-barrieres-contre-le-retour-a-la-production-davant-crise/      ).

Cela m’a donné l’idée suivante que je vous soumets : serait-il possible que tout ce travail et quelques compléments éventuels soient mis en forme en vue d’une contribution, qu’avec d’autres mouvements, le GREP apporterait à ce débat qui prend forme sur «  l’après coronavirus » ?

Lire la suite

Du bon usage de la crise du coronavirus

Michel Rouffet 13/05/2020

(Version revue en fonction des évolutions constatées et des remarques de mes lecteurs)

« Nous sommes appelés à plein poumon à faire neuf ce qui était vieux »
Christiane Singer, auteure, « du bon usage des crises »

Avant-propos

(Le 16/4/2020)

Le coronavirus semblant éteindre ses effets en moi et le confinement prolongé me donnant une opportunité de réfléchir, je m’essaie avec beaucoup de modestie à prendre du recul sur l’épisode  exceptionnel (certes de souffrances, mais aussi de promesses d’avenir) que nous sommes en train de vivre ; je n’ai aucune compétence particulière en biologie, ni en économie… mais un simple désir de citoyen de mieux comprendre ce qui se passe et de participer à construire un monde meilleur

Quels sont les faits avérés de cette épidémie ?

Quelles questions pose-t-elle ?

Quel monde souhaitons-nous rebâtir après le coronavirus ?

(le 13-5-2020)

Les questions posées le 16 avril me semblent encore plus d’actualité ; peu de ces questions ont trouvé entre temps une réponse ; E Morin parle même d’ « un festival d’incertitudes »

1-Les faits :

Les virus sont des molécules de protéines recouvertes d’une couche protectrice de lipides, qui, lorsqu’elles sont absorbées par une muqueuse oculaire, nasale ou buccale, modifient leur code génétique et les convertissent en cellules de multiplicateurs et d’agresseurs ; les virus se reproduisent en utilisant le métabolisme des cellules-hôte (université John Hopkins)

Les virus semblent accompagner de tout temps les différentes formes de vie. 75% des virus qui atteignent l’homme proviennent d’animaux.

  • Le coronavirus COVID19 est un virus jusque-là inconnu, transmis à l’homme par un animal (pangolin) en Chine fin2019. NB l’hypothèse « complotiste » d’une fuite d’un laboratoire chinois semble peu probable

Lire la suite

Stratégies médicales variées pour réduire ou stopper la progression de la maladie COVID-19 ?

Stratégies médicales variées pour réduire ou stopper la progression de la maladie COVID-19 ?

Par Max Lafontan

Sommaire  Après un premier mémoire intitulé : « La saga de COVID-19, une maladie due à un coronavirus SARS-CoV-2 émergent chez l’humain » déposé sur le site de l’Académie le 20 mars 2020, ce second document vise à répertorier et analyser de façon critique les stratégies médicales en cours de développement. Bien que délicat à évaluer, le taux de létalité de COVID-19, rare chez l’enfant, est environ trois fois plus élevé que celui de la grippe saisonnière chez les adultes. Pour les personnes âgées de 60 ans et plus, la chance de survie à la suite d’une infection par le SARS-CoV-2 est d’environ 95 % en l’absence de comorbidités. Il existe essentiellement trois interventions globales, non pharmacologiques pour ralentir ou tenter d’arrêter définitivement la maladie de COVID-19. On peut distinguer trois stratégies essentielles. La première repose sur la « distanciation sociale », les « gestes barrières » et divers niveaux de confinement assortis de tests de détection précoces. La seconde relève d’un « laisser faire » en attendant que suffisamment de personnes aient été confrontées à la maladie et soient immunisées contre SARS-CoV-2 par leur immunisation acquise (il faut atteindre 60 à 70 % de la population). On parle « d’immunité collective » ; elle peut avoir un coût humain important. La troisième option reposera sur de larges plans de vaccination qui pourront être envisagés dès qu’un vaccin sera disponible.

En ce qui concerne les approches pharmacologiques nous évoquerons tout d’abord les repositionnements dans l’utilisation d’anciennes molécules (ainsi que leurs mécanismes d’action) et la quête de nouvelles molécules. Nous aborderons également des thérapies complémentaires basées sur l’utilisation d’agents pharmacologiques anti-cytokines ou immunomodulateurs ainsi que l’administration d’immunoglobulines ou d’anticorps monoclonaux. Nous conclurons en évoquant succinctement l’option vaccinale et les quelques pistes de recherches sur les vaccins contre le SARS-CoV-2.

L’article complet est disponible en suivant ce lien.

Atelier «  Archipel Français » de Jérôme Fourquet – Suite

Le texte qui suit m’a été fourni par Christian CLASTRES le 31/3/2020. Les circonstances m’ont empêché de le publier plus tôt. Avec mes excuses. jmPillot

Le GREP avait prévu dans sa programmation 2019/2020 un Atelier pour débattre du livre de Jérôme Fourquet «  L’Archipel Français » qui analyse la fragmentation contemporaine de la société française et ses principales causes. Cet Atelier n’ayant pu avoir lieu le 26 mars, il a été remplacé par une tentative d’Atelier interactif par courriel, à partir du résumé du livre et de quelques documents sur le même thème qui vous ont été envoyés le 20/03, l’objectif étant d’essayer de faire « rebondir » les échanges.

Aujourd’hui (31/03) seules deux contributions ont été reçues que vous trouverez, comme promis, dans cet envoi ( Textes de Gilbert Gauthier et de Jean-Marie Pillot). Ce relatif échec dans la participation à ces échanges, peut avoir deux causes principales :

  • Le nombre important de textes, de vidéos, de documents que nous recevons tous les jours en circulant sur le Net, saturant un peu nos capacités de lecture et de réflexion, même en période de confinement.
  • Mais surtout le déplacement des centres d’intérêt et de réflexion causé par la pandémie du Covid 19. Pour illustration, l’interview donné par Jérôme Fourquet le 22 mars au Journal « Les Echos » qui porte essentiellement sur les diverses réactions de la société face aux conditions de vie actuelles, dont plus loin vous trouverez un petit extrait. J’avais, sur ces mêmes thèmes , demandé à une amie du GREP qui habite depuis plusieurs années à la Reynerie ( quartier du Mirail à Toulouse) et qui anime l’équipe de rédaction du Journal de quartier «  Reynerie Miroir » de donner quelques aperçus sur la façon dont le confinement était vécu dans ces quartiers. Vous pourrez lire son témoignage plus loin ( Texte d’Annie Dufay Conter).

Alors, je propose qu’on arrête ici ces échanges sur le livre de J. Fourquet, et qu’on se mette à l’écoute des nouvelles problématiques que nous impose la période actuelle. En particulier, parce qu’ au GREP nous cherchons «  à décrypter le présent pour mieux construire l’avenir… » il s’agit de savoir si cette pandémie, dont on espère qu’elle sera éphémère, sera néanmoins une bonne façon de préparer les changements que ne manqueront pas de provoquer la crise déjà annoncée et inéluctable provoquée par les changements climatiques. A titre de transition dans ces questionnement, vous trouverez en fin d’envoi un petit texte « Du virus rouge au virus vert » que j’ai écrit le 23 mars.

Merci à tous ceux qui ont participé à ces échanges et à tous ceux qui liront les textes ci-après.

Christian CLASTRES  du Bureau du GREP MP.

*****

Texte de Gilbert GAUTHIER :

Bravo pour cette initiative et pour le travail très important qui a été fourni. Je voudrais insister sur une nouvelle donnée qui me semble caractériser également la société actuelle. Afin d’étouffer les ressentiments engendrés par la précarisation et le recul des acquis sociaux, on a permis et encouragé la création d’un espace de sous-culture destiné à valoriser le simple citoyen (réseaux sociaux, émissions de téléréalité etc.) Les centres d’intérêt sont diversifiés afin que chacun y trouve son compte (relations sentimentales, de voisinage, bricolage, cuisine etc.) Il devient facile et gratifiant de donner son avis sur les sujets abordés ou de se défouler sur les consoles de jeu. Les propos du café du commerce y acquièrent légitimité et notoriété. Il s’agit de libérer la parole mais aussi de la canaliser. On l’oriente vers des thèmes qui ne dépassent pas le cadre de la vie privée ou des loisirs afin de lui ôter sa virulence, de la rendre vide ou inutile.

Lire la suite

Compte-rendu Atelier GREP du 27/02/2020 « L’écoféminisme pour changer notre modèle de développement

Présent.e.s : Bernard Arias; Christian Clastres ; Hubert Cros; Roger Depledge ; Blandine Journet; ; Bernard et Claudine Lacaule; Cécile Méric; Florence militante féministe depuis 10 ans; Claire Paound;  Jean-Marie Pillot; Claude Villet;
Jacqueline Taleb-Bonnet (animatrice, auteure compte-rendu).

A) Présentation par Jacqueline Comme nous attendions encore l’arrivée de certaines personnes, Jacqueline a fait une mini présentation de l’écoféminisme.

Fille d’agriculteur et d’agricultrice du Tarn-Et-Garonne, coupée du monde urbain, je ne savais pas la chance que nous avions eu d’avoir une mère immigrée italienne arrivée en France. Ma mère a été élevé dans une famille pauvre et nombreuse de 7 enfants. Elle a travaillé dur dès 11 ans (1941) pour ramener quelques sous dans le foyer. N’ayant pas pu étudier, elle nous a encouragé de travailler à l’école pour me disait-elle ne pas dépendre d’un homme. Mon père disait à ses deux filles : « Jean-Claude va reprendre la ferme, Daniel va bien étudier pour gagner sa vie. Vous, Paulette et Jacqueline, il vous suffit de trouver un beau garçon qui a de l’argent. Ce n’est pas nécessaire que vous gagnez votre vie. »

Voilà, un peu dessiné le patriarcat dans lequel nous évoluions, dans les années 1970. Heureusement, ma mère nous disait tout l’inverse : « étudiez pour ne pas dépendre d’un homme ».

Lire la suite

Un atelier interactif sur « l’Archipel français » de Jérôme FOURQUET

Je relaie le texte de Christian CLASTRES aux adhérents du GREP.
Je prévois d’y apporter des commentaires. N’hésitez pas à le faire.
JmPillot

Le GREP avait programmé le jeudi 28 mars un Atelier de réflexion, autour du livre de Jérôme FOURQUET : « L’Archipel français : naissance d’une nation, multiple et divisée », livre paru en mars 2019 et ayant reçu le Prix du livre Politique.

Bien sûr, cet Atelier, dans les circonstances actuelles, ne peut avoir lieu.

Mais nous vous proposons, à la place, d’expérimenter un Atelier Interactif en utilisant, dans cette période de confinement, les échanges par Internet. Concrètement, devant animer cet Atelier, j’ai déjà fait un résumé de ce livre qui est disponible en suivant ce lien. Quelques compléments d’analyse sont présents ici.

….Libre à vous alors, de réagir par écrit en retour, dans la limite d’une page de texte environ. Toutes les semaines, je rassemblerai les réactions reçues pour vous les communiquer et ainsi continuer ce débat jusqu’à la fin (que l’on souhaite proche néanmoins) du confinement.

Vos retours doivent parvenir à l’adresse-mail suivante : cn.clastres[ à ]orange.fr avec objet du message : GREP. Atelier Fourquet. (Vous comprendrez qu’il faut remplacer [ à ] par @ on cherche à éviter les SPAMS issus des bots)

Dans son livre, Jérôme Fourquet (page 370) indique que, face à la fragmentation progressive de la société française, on est tenté de « rechercher, de manière effrénée, des manifestations de communion nationale et le mantra du vivre-ensemble ». Il donne comme exemples, la victoire de Bleus au Mondial de Football en juillet 2018, ou les funérailles de Johnny Hallyday …la lutte contre le coronavirus pourrait-elle être une autre sorte (éphémère!) d’union nationale ?
Merci de votre participation que nous espérons nombreuse.

Christian CLASTRES

Bureau du GREP

%d blogueurs aiment cette page :