MA CHRONIQUE sur le phénomène OXYMORE – Par Michèle-Françoise Bonnet

Les réflexions qui suivent sont issues de la lecture de plusieurs articles ci-dessous, et de la préparation de notre Commission Prospective sur le thème Le pouvoir des mots du samedi 14 mai 2022 :

Définitions : https://fr.wikipedia.org/wiki/Oxymorehttps://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/oxymore/57123

Article de recherche : Luc Semal, « Bertrand Méheust, 2009, La Politique de l’oxymore. Comment ceux qui nous gouvernent nous masquent la réalité du monde, La Découverte, 161 p. », Développement durable et territoires [En ligne], Lectures (2002-2010), mis en ligne le 22 octobre 2009, consulté le 14 avril 2022.
URL : http:// journals.openedition.org/developpementdurable/8250

MA CHRONIQUE sur le phénomène OXYMORE 
Spontanément je pense pour répondre au « défi lancé » :

Que nous sous estimons notre naïveté et notre confiance dans nos dirigeants ils sont moins bien cultivés, bien informés que nous le croyons par contre concernant les « communicants » en tous secteurs, c’est une autre histoire (mais parallèle  et/ou imbriquée à celle des politiques et de la POLITIQUE)  et qui ressort (peut-être) des SCIENCES du LANGAGE à part entière comme le fameux phénomène total de  Marcel MAUSS dérive des observations ethnographiques des armées d’ethnologues de son époque. 

Les « individus politiques » ( OU BIEN « le personnel politique = oxymore que je ne n’utiliserais pas dans ce contexte bien que cela me démange )  sont pris en tenaille  entre  leurs convictions et toutes sortes de sollicitations propres à la sphère du « politique »  telle qu’elle est organisée (élection à 5 ans, recruter, fidéliser, faire connaissance et se faire ami  ou respecter par/avec les Grands Administrateurs de l’État qui sont en place et qui leur succéderont, enfin ne pas se faire trop emmerder par ceux qui vous entourent  ou par vos pairs où qu’ils soient  et quelque bord qu’ils  soient ! OUF !  

Lire la suite

La politique n’est pas un jeu d’enfant

Ma contribution au blog à propos des événements actuels sera la suivante :

1- Je soutiens l’initiative de Jean Marie lorsqu’il propose de réfléchir à notre manière de voter au second tour en tenant compte du commun et des valeurs qui sont au centre de nos démocraties. Cependant celles ci sont complexes, elles demandent la réflexion pour être intériorisées et soutenues lors d’un vote.

2- Justement, cette complexité semble difficile d’accès à certaines personnes. C’est là que réside le risque d’effondrement de nos démocraties aujourd’hui : réduire nos décisions à des enjeux de liberté particulière. Rousseau, a bien précisé pourtant la différence entre liberté particulière et liberté civile. Mais cette distinction semble encore trop complexe pour beaucoup. En effet, on ne peut pas affirmer que l’on n’a pas besoin que l’on nous montre ce qu’il y a de mieux à faire en politique et prendre des positions équivalentes à celles d’un enfant de maternelle. Comme le disait Annah Arendt : la politique n’est pas un jeu d’enfant, c’est une affaire d’action dans le cadre d’une responsabilité collective. C’est pourquoi je vous incite moi aussi à voter de manière responsable.

3- Je suis comme Jacques Rollin et Michèle Bonnet, déçue par la décision du CA, et surprise par la demande de réfléchir à la situation actuelle alors que nous le faisons déjà et depuis longtemps dans notre atelier de lecture de philosophes mais nos travaux sont très peu suivis. Or, si nous voulons développer une pensée collective qui prenne le chemin de la construction d’un commun juste et équitable, il faudra bien nous coltiner avec les difficultés de la réflexion plutôt que d’asséner des vérités toutes faites en croyant avoir pensé.

Dimanche, pensez à la suite

C’est en mon nom personnel que je m’exprime ici.

Les propositions démagogiques, xénophobes et simplistes proposées par Marine LE PEN ne correspondent en rien à des solutions à la complexité de notre monde. La stratégie d’exclusion de nos concitoyens, les méthodes de vérité alternative et le soutien affiché à Donald TRUMP, Vladimir POUTINE ou Viktor ORBAN s’opposent aux valeurs d’humanisme et d’ouverture qui m’animent.

Certes le premier quinquennat d’Emmanuel MACRON m’a largement déçu. J’ai activement participé au Grand Débat National. J’ai suivi le travail de la Convention Citoyenne pour le Climat. Avec des amis du GREP, je l’ai analysé et présenté au public. Ces initiatives intéressantes n’ont pas tenu leurs promesses par manque de suivi et de volonté de construire une nouvelle méthode d’inclusion démocratique.

Lire la suite

Une conférence exceptionnelle sur la justice pénale internationale

Le GREP MP se targue d’avoir des conférences de qualité suivies d’un débat de qualité. C’est effectivement le cas en général. Celle du 27 novembre 2021 était exceptionnelle!

Si vous l’avez ratée, tout n’est pas perdu, vous pouvez en retrouver les enregistrements audio et vidéo sur la page de l’évènement.

La justice pénale internationale : quelles avancées et quels freins ?
avec François ROUX

Lire la suite

La saison 21/22 de « Lectures de philosophes du temps présent » démarre.

Cette activité mensuelle du GREP, est proposée aux adhérents. Il s’agit d’une lecture active et partagée d’œuvres de philosophes contemporains.
En voici l’introduction écrite par l’équipe d’animation de Sylvie SANCHEZ-OLIVER.

La première rencontre aura lieu lundi 11/10 à 18H à l’Observatoire. Contactez l’accueil du GREP pour y participer.

Introduction Générale des lectures

Au cours de l’année 2020-2021, nous avons réfléchi sur des textes issus en partie des ouvrages de Cynthia Fleury. Celle-ci, « dans ces différents postes d’observation, » s’intéresse aux dérives et aux dysfonctionnements propres à l’individu et à la « santé démocratique » ; elle souligne que notre temps est à l’heure des repliements sur soi qui créent de la vulnérabilité chez le sujet, du ressentiment, de la division, ce qui met en danger le collectif. Les dynamiques d’engagement, du commun sont en sommeil. Comment y remédier et créer une responsabilité chez chacun de nous pour un destin plus collectif, pour sauvegarder la démocratie ? Comment redonner un élan à l’humain, rendre chacun capacitaire à aller vers les autres, dans ses activités ? Comment se dégager « d’une résistance qui préfère se soumettre à la passion victimaire » pour « s’engager dans une résistance plus active de type civique et démocratique »[1]

Pour l’année 2021-2022, nous voudrions porter un regard d’attention à ce qui se trame dans « nos activités » d’être humain. Ces activités qui nous sont tellement familières que nous avons tendance à ne pas voir qu’elles portent des possibles « vivre autrement », Cela demandera d’éviter de tomber dans des simplifications, de ne pas se satisfaire de regards en extériorité ou de surplomb, pour pouvoir s’instruire en prenant en compte d’autres savoirs non immédiatement visibles mais bien présents à l’intérieur de toute activité humaine. L’enjeu est épistémologique, éthique, social, et politique.

Si la vie se tisse sur une multitude d’activités, nous commencerons par nous interroger sur l’activité dans le travail, tout en étant conscient qu’il existe de multiples définitions du travail.  (Le travail domestique est-il un travail ?)  Examiner l’activité ou le travail en ne retenant que les effets produits, est-ce suffisant ?  En agissant ainsi, ne contribuons-nous pas à réifier les êtres qui font l’activité (ou le travail) ?

Le ressentiment, qui nous préoccupe suite à la lecture de « ci-git l’amer » de Cynthia Fleury, ne naît-il pas dans cette maltraitance de l’activité des « êtres d’activité » ? (des travailleurs)

A contrario, en étant attentifs à l’activité, pourrons-nous y voir des dimensions que nous avons pour habitude d’ignorer et en particulier pourrons-nous y trouver des réserves d’alternative susceptibles de nous éclairer dans nos choix politiques ?

Nous nous intéresserons donc à des textes qui traitent du travail, pour découvrir ce que la démarche ergologique d’Yves Schwartz nous invite à repenser. Parce que la philosophie ne peut s’engager uniquement dans la voie de la spéculation, d’une épistémologie des savoirs, d’une réflexion éthique sans s’engager aussi dans ce qui constitue l’expérience humaine, nous nous risquons à parier que les « savoirs ergologiques » peuvent nous apporter de nouveaux éclairages.


[1] Cynthia Fleurry, Ci-git l’amer,  Gallimard, 2020, p. 291

Un texte d’une profondeur exceptionnelle.

Déraisons de la Raison, raisons de la déraison – Les errances de la raison au XXIème siècle
par Emmanuel JARDIN

L’intervention d’Emmanuel JARDIN en octobre 2020 au GREP St Gaudens avait été remarquable. Il l’a complétée en réécrivant toute son intervention. C’est pourquoi nous avons là un texte d’une longueur inhabituelle et d’une profondeur exceptionnelle. Les enregistrements et la « transcription » sont disponibles là.

Emmanuel JARDIN qui est professeur de philosophie en lycée et à l’ESPE de Toulouse. Il participe donc à la formation des professeurs. Il est déjà intervenu au GREP, lors de sessions internes et de conférence et colloque. Il nous avait interpellé par sa lecture contemporaine de TOQUEVILLE.

Je vous donne ici un résumé des points saillants de son texte en vous invitant à aller le découvrir. C’est court – c’est voulu – c’est dense car imposé par la qualité du texte qui intègre les points de vue des penseurs classiques et contemporains.

Il commence par une brève histoire de la raison. Le Logos s’était imposé une première fois face au Mythos avec Socrate, le premier philosophe qui soumet la parole divine à l’analyse rationnelle. Le Mythos prendra sa revanche quand la religion chrétienne deviendra la religion d’État de la Rome impériale. On assiste alors à la « prévalence de l’hétéronomie de la parole donatrice sur l’autonomie de la parole dialectique ». La Renaissance nous apporte une renaissance de la raison grecque. C’est dans ce contexte que va progressivement s’imposer à partir du XVIIe siècle la forme de rationalité aujourd’hui dominante, la rationalité instrumentale. Vous y trouverez des synthèses critiques des pensées de PASCAL, HOBBES, DESCARTES, CONDORCET, ROUSSEAU, SARTRE, TAYLOR, …

« Désormais, l’activité de la raison se définit en fonction de l’efficacité instrumentale, de l’optimisation de la valeur recherchée ou de la cohérence logique » (C. Taylor).

Lire la suite

Débats sur la vaccination : inciter, convaincre ou contraindre ?(Max Lafontan – 19 juillet 2021)

Cruel dilemme, a-t-on le temps de miser sur la persuasion plutôt que sur la coercition ? Faut-il avoir recours à « la trique » ou faire appel à « l’intelligence collective » vertu chichement partagée, pour faire avancer la réflexion dans la lutte contre la Covid-19 ?

L’opposition entre la science et les multiples croyances est au cœur des débats actuels gravitant autour du vaccin contre la Covid-19. Les arguments déployés pour évoquer un choix, pour ou contre le vaccin, sont souvent très mal compris du public. Ils reposent largement sur l’adoption d’idées irrationnelles, d’opinions fantaisistes et finalement de croyances qui circulent à grande vitesse dans la sphère publique. Se joue chaque jour devant nous le rapport essentiel entre science et croyance. Les exploiteurs de l’insondable crédulité humaine se frottent les mains. À la question « à qui se fier ? » chacun va répondre sans doute : aux gens intègres et bien informés ! Mais il y a un hic, comment reconnaître de telles perles rares ? Le citoyen lambda va découvrir à l’occasion de cette pandémie, via la télévision, d’autres médias et les réseaux sociaux, que les scientifiques ne parlent pas d’une seule voix. Des scientifiques, sortant de leurs laboratoires sans grandes vertus communicantes, vont étaler des controverses face aux nombreuses incertitudes qui subsistent sur la pandémie en oubliant que leurs propos confus vont paniquer leurs auditeurs. Cette situation a été une excellente aubaine pour déconcerter le grand public en quête de certitudes. N’étant pas au fait des pratiques scientifiques et des désaccords, pourtant courants et utiles à la progression des idées en sciences, un certain nombre d’individus va paniquer et devenir vulnérable aux escrocs non scientifiques qui vont fournir des discours bien plus sommaires ou corrompus mais qui seront compris de tous. George Bernard Shaw, essayiste, acerbe, provocateur et anticonformiste, qui obtiendra le prix Nobel de littérature en 1925 écrivait : « Ce n’est pas l’incrédulité qui est dangereuse dans notre société, c’est la croyance. », Marcel Pagnol renchérissait en déclarant : « Telle est la faiblesse de notre raison : elle ne sert le plus souvent qu’à justifier nos croyances. ». Depuis le démarrage rapide de la pandémie début 2020, le gouvernement qui n’a pas pris l’exacte dimension du phénomène à ses débuts a souvent pris des mesures incomprises du public. Un mélange de décisions, parfois contradictoires, souvent mal expliquées au grand public et dans une belle cacophonie va créer une atmosphère bien loin de rassurer et propice à toutes les manipulations de populistes improvisés aux solutions sommaires.

Lire la suite

Lueurs d’espoir dans la morosité ambiante ?

Lueurs d’espoir dans la morosité ambiante ?
Max LAFONTAN, Directeur de Recherches émérite Inserm – Secrétaire perpétuel de l’Académie des Sciences, Inscriptions et Belles-Lettres de Toulouse. (Le 29 novembre 2020).

« La sauvegarde de la vérité dépend moins de son
affirmation réitérée que de la reconnaissance de ses limites. »
Max Horkheimer

En cette mi-novembre 2020, la COVID-19 a tué 1,3 million de personnes dans le monde dont plus de 245 000 rien qu’aux États-Unis et plus de 40 000 en France. Des résultats récents sur les vaccins apportent une lueur d’espoir dans la morosité qui frappe les pays de l’hémisphère Nord confrontés à une seconde vague épidémique et à une tension au sein du monde hospitalier. Afin de s’informer sainement, il est essentiel d’écarter la profusion de rumeurs et d’informations fantaisistes (très abondantes sur les réseaux sociaux). Des conseils pratiques évolutifs en fonction de la progression de la situation mondiale sont fournis sur le site de l’OMS : https://www.who.int/emergencies/diseases/novel-coronavirus-2019/situation-reports.
La société pharmaceutique américaine Moderna a annoncé aujourd’hui (16 novembre 2020) que les premiers essais de son « vaccin à ARN » contre la COVID-19 montrent qu’il est efficace à 94,5 %. La nouvelle vient juste après une annonce similaire de Pfizer/BioNTech la semaine dernière qui a également rapporté que son propre « vaccin à ARN » contre la COVID-19 était efficace à plus de 90 %. Le fait d’avoir deux vaccins en cours de finalisation et deux entreprises prêtes à les fabriquer nous prépare-il un avenir plus radieux ?

Lire la suite

Soutien du GREP MP à la grève de la faim de Pierre LARROUTUROU.

Le CA du GREP MP s’est réuni ce mercredi 4/11/2020 et a suivi l’évolution de la grève de la faim démarrée par le Député au Parlement Européen Pierre LARROUTUROU.

Le GREP MP organise depuis 35 ans des conférences/débats sur des sujets de société. Pierre LARROUTUROU est venu au GREP :
– En 1996 : La semaine de quatre jours à la carte
– En 1998 : 35 heures ou 4 jours : un choix de société
– En 2012 : Crise sociale, crise financière, quelles sont les solutions ? Que pouvons-nous faire vraiment ?
– En 2013 : Crise sociale, crise financière : la gauche n’a pas droit à l’erreur.

Ses différentes interventions ont suscité un fort intérêt dans le public du GREP qui était venu en nombre.

Pierre LARROUTUROU a été élu du mouvement « Nouvelle Donne » au Parlement européen en 2019 et est affilié au groupe des Socialistes et Démocrates. Il a été désigné rapporteur du budget.

Depuis le 27 octobre 2020, il a entamé une grève de la faim. En effet, il réclame que le budget de l’Union européenne comporte une taxe sur les transactions financières, qui pourrait rapporter 50 milliards d’euros chaque année pour le climat, la santé ou le social.

Le GREP MP est conscient de l’importance cruciale de ce moment dans le cycle européen : la négociation du budget pour 7 ans est cours. Il faut donc profiter de ce moment pour initier toutes les actions structurantes. Le GREP MP avec ses conférenciers a largement pu comprendre l’importance de :

  • Maîtriser la finance. La taxe TOBIN réduisant le pernicieux High Frequency Trading.
  • Allouer des moyens financiers pour le climat, la santé ou le social.
  • Réguler la finance pour qu’elle redevienne au service de l’économie.

C’est pourquoi le GREP MP soutien la démarche de Pierre LARROUTUROU, invite ses adhérents et sympathisants à la soutenir, et demande à la Commission Européenne et au gouvernement français d’engager les actions permettant la mise en place de cette taxe sur les transactions financières conformément au vote du Parlement européen.

Le Président du GREP MP
Jean-Marie PILLOT

Des liens utiles pour soutenir Pierre LAROUTUROU :

Un site d’explications : https://climateandjobs.eu/fr/
Son compte twitter avec des vidéos : https://twitter.com/larrouturou
Son adresse de député : pierre.larrouturou@europarl.europa.eu

Soutien du GREP MP à Ombres Blanches et aux librairies indépendantes.

Le CA du GREP MP s’est réuni ce mercredi 4/11/2020.

  • Il a pris bonne note des consignes sanitaires de confinement mises en place dans les librairies.
  • Il a lu avec attention la tribune de Christian THOREL, directeur d’Ombres Blanches sur https://www.actualitte.com/ : “Condamner les livres au silence, une bien mince et équivoque victoire »

Le GREP MP organise depuis 35 ans des conférences/débats sur des sujets de société. Nous considérons que les décryptages et les réflexions que nous pouvons réaliser sont intimement liés à la possibilité pour nos intervenants de publier et de faire connaître leurs ouvrages. Notre partenariat avec Ombres Blanches nous a appris au fil du temps à apprécier le rôle indispensable des librairies indépendantes et singulièrement d’Ombres Blanches.

Le confinement a été défini dans un équilibre difficile entre le contexte sanitaire et le contexte économique. C’est pourquoi de nombreux magasins restent ouverts. Les magasins alimentaires bien sûr, les pharmacies, … mais aussi les magasins de bricolage, les jardineries, …  Nous considérons que le livre papier reste le vecteur de la connaissance et celui de la liberté de conscience. Il permet de développer l’esprit critique et ceci est essentiel à notre société, en particulier au vu des derniers évènements. Devant un roman, devant un essai, l’Humain pourra supporter des heures de confinement, après avoir pu passer quelques minutes pour choisir ces livres en librairie.

Nous appelons donc les autorités politiques à reconsidérer les conditions de ce confinement qui ne peut pas toucher sans discernement l’écosystème culturel du livre.

Nous appelons les librairies à s’organiser encore mieux pour une réception maîtrisée de leurs clients et la protection de leurs salariés.

Nous appelons les lecteurs à ne pas utiliser pour les achats de livre les plateformes de commerce en ligne, qui participent à la destruction de l’écosystème de la pensée.

Ce texte est signé par le Président du GREP MP Jean-Marie PILLOT,
au nom du CA du GREP MP.


Le GREP MP (Groupe de Recherche pour l’Éducation et la Prospective) est une association culturelle loi 1901, reconnue d’utilité publique. Sa mission : contribuer au débat citoyen dans la métropole toulousaine, le département et la région.

Fort de ses 34 saisons, le GREP MP contribue à la qualité du débat citoyen à travers ses différentes activités. Avec 40 évènements sur la région l’audience cumulée varie entre 2000 et 4000 participants.

Les conférences-débats couvrent de nombreux domaines : société, sciences et technologies, philosophie, économie, sociologie, histoire, politique nationale et internationale, religion, arts, littérature, ….

Le GREP MP produit un recueil annuel de ses conférences-débats, intégralement retranscrits par ses bénévoles: Parcours. On peut y retrouver des intervenants pointus ou intellectuels de renom tels que :

Edgar Morin, Louis Gallois, Bertrand Badie, Francis Wolff, Bernadette Bensaude-Vincent, Nicole Belloubet, Marcel Gauchet, André Comte-Sponville, Antoine Sfeir, Catherine Lemorton, Dominique Bourg, Irène Frachon, Anne-Marie Cohendet, Luc Boltanski, Séverine Tessier, Pierre Larrouturou, Jean-Baptiste de Foucauld, Pierre Corvol, Anne Cambon-Thomsen, Thomas Piketty, Catherine Lemorton, Olfa Youssef, Bertrand Badie, Jean-Charles Hourcade, Emmanuel Todd, Jean-Marc Lévy-Leblond, Jean-Luc Delfraissy, Edwy Plenel, Jean-Michel Besnier, †Bernard Maris …

Leurs interventions sont aussi disponibles sous plusieurs formats sur le site www.grep-mp.org

%d blogueurs aiment cette page :