Archives de Catégorie: Non classé

Quelle reprise économique, compatible avec la sauvegarde de la planète ?

Les questions posées sont très larges, mais je vais encore élargir. En effet, le sujet liminaire est lié à la façon dont la question est posée autour de la planète. Nous sommes aujourd’hui dans une situation où ce qui nous concerne véritablement c’est l’écosystème de l’humanité. C’est comme cela que je traiterai ce sujet.

Lire la suite

Un essai de synthèse des lectures des articles de philosophie magazine durant la période du confinement

Sylvie Sanchez-Oliver
Membre de l’atelier lectures associées pour le Grep

Dès le départ nos lectures des articles de philosophie magazine m’ont permis de prendre conscience de la différence entre le politique et la politique avec l’article de Marcel Gauchet.

1- Le politique qui permet de mettre en place le confinement pour protéger la population car c’est

«ce qui assure l’existence et la permanence d’une communauté, d’une règle collective qui s’impose à tous parce qu’elle engage la vie et la mort de chaque membre. ».

Lire la suite

Du bon usage de la crise du coronavirus

Michel Rouffet 13/05/2020

(Version revue en fonction des évolutions constatées et des remarques de mes lecteurs)

« Nous sommes appelés à plein poumon à faire neuf ce qui était vieux »
Christiane Singer, auteure, « du bon usage des crises »

Avant-propos

(Le 16/4/2020)

Le coronavirus semblant éteindre ses effets en moi et le confinement prolongé me donnant une opportunité de réfléchir, je m’essaie avec beaucoup de modestie à prendre du recul sur l’épisode  exceptionnel (certes de souffrances, mais aussi de promesses d’avenir) que nous sommes en train de vivre ; je n’ai aucune compétence particulière en biologie, ni en économie… mais un simple désir de citoyen de mieux comprendre ce qui se passe et de participer à construire un monde meilleur

Quels sont les faits avérés de cette épidémie ?

Quelles questions pose-t-elle ?

Quel monde souhaitons-nous rebâtir après le coronavirus ?

(le 13-5-2020)

Les questions posées le 16 avril me semblent encore plus d’actualité ; peu de ces questions ont trouvé entre temps une réponse ; E Morin parle même d’ « un festival d’incertitudes »

1-Les faits :

Les virus sont des molécules de protéines recouvertes d’une couche protectrice de lipides, qui, lorsqu’elles sont absorbées par une muqueuse oculaire, nasale ou buccale, modifient leur code génétique et les convertissent en cellules de multiplicateurs et d’agresseurs ; les virus se reproduisent en utilisant le métabolisme des cellules-hôte (université John Hopkins)

Les virus semblent accompagner de tout temps les différentes formes de vie. 75% des virus qui atteignent l’homme proviennent d’animaux.

  • Le coronavirus COVID19 est un virus jusque-là inconnu, transmis à l’homme par un animal (pangolin) en Chine fin2019. NB l’hypothèse « complotiste » d’une fuite d’un laboratoire chinois semble peu probable

Lire la suite

Atelier «  Archipel Français » de Jérôme Fourquet – Suite

Le texte qui suit m’a été fourni par Christian CLASTRES le 31/3/2020. Les circonstances m’ont empêché de le publier plus tôt. Avec mes excuses. jmPillot

Le GREP avait prévu dans sa programmation 2019/2020 un Atelier pour débattre du livre de Jérôme Fourquet «  L’Archipel Français » qui analyse la fragmentation contemporaine de la société française et ses principales causes. Cet Atelier n’ayant pu avoir lieu le 26 mars, il a été remplacé par une tentative d’Atelier interactif par courriel, à partir du résumé du livre et de quelques documents sur le même thème qui vous ont été envoyés le 20/03, l’objectif étant d’essayer de faire « rebondir » les échanges.

Aujourd’hui (31/03) seules deux contributions ont été reçues que vous trouverez, comme promis, dans cet envoi ( Textes de Gilbert Gauthier et de Jean-Marie Pillot). Ce relatif échec dans la participation à ces échanges, peut avoir deux causes principales :

  • Le nombre important de textes, de vidéos, de documents que nous recevons tous les jours en circulant sur le Net, saturant un peu nos capacités de lecture et de réflexion, même en période de confinement.
  • Mais surtout le déplacement des centres d’intérêt et de réflexion causé par la pandémie du Covid 19. Pour illustration, l’interview donné par Jérôme Fourquet le 22 mars au Journal « Les Echos » qui porte essentiellement sur les diverses réactions de la société face aux conditions de vie actuelles, dont plus loin vous trouverez un petit extrait. J’avais, sur ces mêmes thèmes , demandé à une amie du GREP qui habite depuis plusieurs années à la Reynerie ( quartier du Mirail à Toulouse) et qui anime l’équipe de rédaction du Journal de quartier «  Reynerie Miroir » de donner quelques aperçus sur la façon dont le confinement était vécu dans ces quartiers. Vous pourrez lire son témoignage plus loin ( Texte d’Annie Dufay Conter).

Alors, je propose qu’on arrête ici ces échanges sur le livre de J. Fourquet, et qu’on se mette à l’écoute des nouvelles problématiques que nous impose la période actuelle. En particulier, parce qu’ au GREP nous cherchons «  à décrypter le présent pour mieux construire l’avenir… » il s’agit de savoir si cette pandémie, dont on espère qu’elle sera éphémère, sera néanmoins une bonne façon de préparer les changements que ne manqueront pas de provoquer la crise déjà annoncée et inéluctable provoquée par les changements climatiques. A titre de transition dans ces questionnement, vous trouverez en fin d’envoi un petit texte « Du virus rouge au virus vert » que j’ai écrit le 23 mars.

Merci à tous ceux qui ont participé à ces échanges et à tous ceux qui liront les textes ci-après.

Christian CLASTRES  du Bureau du GREP MP.

*****

Texte de Gilbert GAUTHIER :

Bravo pour cette initiative et pour le travail très important qui a été fourni. Je voudrais insister sur une nouvelle donnée qui me semble caractériser également la société actuelle. Afin d’étouffer les ressentiments engendrés par la précarisation et le recul des acquis sociaux, on a permis et encouragé la création d’un espace de sous-culture destiné à valoriser le simple citoyen (réseaux sociaux, émissions de téléréalité etc.) Les centres d’intérêt sont diversifiés afin que chacun y trouve son compte (relations sentimentales, de voisinage, bricolage, cuisine etc.) Il devient facile et gratifiant de donner son avis sur les sujets abordés ou de se défouler sur les consoles de jeu. Les propos du café du commerce y acquièrent légitimité et notoriété. Il s’agit de libérer la parole mais aussi de la canaliser. On l’oriente vers des thèmes qui ne dépassent pas le cadre de la vie privée ou des loisirs afin de lui ôter sa virulence, de la rendre vide ou inutile.

Lire la suite

Un atelier interactif sur « l’Archipel français » de Jérôme FOURQUET

Je relaie le texte de Christian CLASTRES aux adhérents du GREP.
Je prévois d’y apporter des commentaires. N’hésitez pas à le faire.
JmPillot

Le GREP avait programmé le jeudi 28 mars un Atelier de réflexion, autour du livre de Jérôme FOURQUET : « L’Archipel français : naissance d’une nation, multiple et divisée », livre paru en mars 2019 et ayant reçu le Prix du livre Politique.

Bien sûr, cet Atelier, dans les circonstances actuelles, ne peut avoir lieu.

Mais nous vous proposons, à la place, d’expérimenter un Atelier Interactif en utilisant, dans cette période de confinement, les échanges par Internet. Concrètement, devant animer cet Atelier, j’ai déjà fait un résumé de ce livre qui est disponible en suivant ce lien. Quelques compléments d’analyse sont présents ici.

….Libre à vous alors, de réagir par écrit en retour, dans la limite d’une page de texte environ. Toutes les semaines, je rassemblerai les réactions reçues pour vous les communiquer et ainsi continuer ce débat jusqu’à la fin (que l’on souhaite proche néanmoins) du confinement.

Vos retours doivent parvenir à l’adresse-mail suivante : cn.clastres[ à ]orange.fr avec objet du message : GREP. Atelier Fourquet. (Vous comprendrez qu’il faut remplacer [ à ] par @ on cherche à éviter les SPAMS issus des bots)

Dans son livre, Jérôme Fourquet (page 370) indique que, face à la fragmentation progressive de la société française, on est tenté de « rechercher, de manière effrénée, des manifestations de communion nationale et le mantra du vivre-ensemble ». Il donne comme exemples, la victoire de Bleus au Mondial de Football en juillet 2018, ou les funérailles de Johnny Hallyday …la lutte contre le coronavirus pourrait-elle être une autre sorte (éphémère!) d’union nationale ?
Merci de votre participation que nous espérons nombreuse.

Christian CLASTRES

Bureau du GREP

Comment contribuer au Grand Débat

J’ai pu déposer une contribution sur le site : https://granddebat.fr/pages/partagez-vos-propositions

Ça s’est passé assez bien en copiant dans les réponses notre pdf. Il y a quelques écarts de questions. Voilà ma contribution à Démocratie et Citoyenneté. Il faut le faire pour les 4 thèmes proposés.

Ma contribution est visible sur le site du grand débat !

A cette heure, il y a  82.040 contributions sur la page : Démocratie et Citoyenneté

110.598 contributions sur : Transition écologique

139.258 contributions sur : Fiscalité et dépenses publiques

82.184 contributions sur : Organisation de l’Etat et des services publics

Les contributions sont publiques, sur la base de votre identifiant.

Il faut contribuer avant le 15 mars 2019.

Jean-Marie Pillot

« L’être humain face au défi des technosciences » : les 3 enseignements majeurs du colloque Grep/Esof 2018

 

Au final ce colloque est un grand succès, même si ses enseignements ne sont pas tout à fait ceux que l’on pouvait imaginer au départ. Impressions toutes personnelles :

  • Les dernières ruptures introduites par les technosciences dans les chaines du savoir et du pouvoir sont exceptionnellement structurantes. Elles modifient en profondeur les modalités d’être, d’avoir, ainsi que la loi des échanges entre les humains – et de ces humains au sein de leur environnement. Nous l’avons touché du doigt avec la série des présentations tout au long colloque : avec le Crispr-Cas9 et l’IA qui sont actuellement sous les feux de l’actualité ; mais également avec les NBIC, le big data, la blockchain, qui représentent de véritables « disruptions » dans la progression de l’autonomie humaine au sens que lui avaient conféré les Lumières;
  • Les attentes à l’égard des technosciences sont grandes, mais le risque est celui de la dépossession. S’en remettre aux innovations technoscientifiques à venir pour résoudre les enjeux sociétaux actuels serait une stratégie perdante, car elle supposerait l’acceptation d’une dépossession de soi au profit de la rationalité inhérente à ces technosciences – une rationalité qui fait de l’efficacité au sens technique et économique une priorité, risquant de reléguer l’humain au rang de variable d’ajustement. L’enjeu consiste à éviter un transfert définitif de la légitimité du libre arbitre individuel et des institutions politiques à des processus de légitimation technicoéconomiques. C’est en gardant la main sur ces processus que l’humain pourra affronter de façon conquérante les défis des technosciences ;
  • Les technosciences appellent donc de nouvelles Lumières , et il faut bien constater que ce colloque, qui a superbement éclairé et pointé ce besoin, n’a pas livré de solutions clé en mains pour le satisfaire. Cependant, il a mis en exergue une possible nouvelle mobilisation de forces vives sur ce terrain, mobilisation qui s’est exprimée de deux façons. Tout d’abord au travers de la fraicheur et de la puissance des réflexions collectives de 34 étudiants, représentant 13 filières universitaires toulousaines, organisés dans le cadre du programme Student Ex Machina; d’autre part au travers du succès et du dynamisme déployé par les intervenants et les auditeurs du colloque pour sortir des sentiers battus et imaginer des solutions à la hauteur des problématiques soulevées par les technosciences.

Par Jacques Périé: A propos du Colloque organisé par le GREP sur «  L’être humain face aux défis des Technosciences »  (5,6 et 7 Avril 2018)

«  L’être humain face aux défis des Technosciences » *   ( *  Notées TS )

Il s’agit des notes personnelles de Jaques Périé et non d’un compte-rendu détaillé du Colloque. Celui-ci sera publié par le GREP fin juin, à la veille de la conférence européenne  ESOF 2018 qui se tiendra à Toulouse début juillet.

L’accent est surtout mis ici sur les conférences à contenu scientifique dont Jacques Périé se sent plus familier et aussi avec le souhait de les rendre plus accessibles au lecteur ( ses remarques sont notées NdT pour «  Notes du transcripteur).

 Organisé par le GREP, avec une forte contribution des membres du groupe «  Croyants-Incroyants » et «  Prospective» ; la qualité de l’organisation, du sommet à la base, était excellente et peut faire référence à ce qu’on fait de mieux.

Un travail de préparation et de réflexion sur plusieurs mois, en particulier par des groupes   très interdisciplinaires d’étudiants, facilités par des gens dévoués ; ces étudiants ont fourni à cette occasion un travail très sérieux, concrétisé par des diverses présentations et la production de 6 documents.

Les titres en étaient les suivants :

– «  Les nanotechnologies, biotechnologies, l’informatique et les sciences cognitives ( les NBIC) sont-elles l’avenir des soins de santé »

–  «  Les techno-sciences menacent-elles les libertés individuelles ? »

–  «  la technologie peut augmenter les capacités physiques et mentales de l’être humain et le pourra de plus en plus ; mais le doit-elle ? »

–  «  Le sens du progrès »

–  «  Le principe de précaution : frein ou moteur ? »

–  «  Post-vérité, relativisme et désinformation : comment redonner de la valeur à la parole scientifique ? »

J’ai rapidement parcouru ces documents et au préalable, écouté avec grand intérêt les étudiants. Certains ont présenté des contributions remarquables. Surtout, ceux qui avaient une bonne maitrise de l’expression orale, c’est-à-dire un petit nombre.. ( ce n’est pas une critique, j’étais aussi déficient à leur âge ..). Ces documents peuvent être demandés au Secrétariat du GREP .

Je me suis demandé à propos de ces étudiants pourquoi ils avaient été désignés comme «  Students ex-machina », ce qui m’a rappelé l’expression «  Deus ex-machina ». J’ai vérifié le sens de cette dernière et j’ai appris quelle renvoyait  à ces grands moments théâtraux au cours desquels, en réponse à un moment de forte tension, une grue faisait descendre sur le plateau

un personnage additionnel, lequel avec la sagesse d’un dieu, venait dénouer la situation. Peut-être les organisateurs ont-ils pensé que les étudiants de ce Colloque pourraient être amenés à en dénouer les grands moments ? Je ne sais ; en tout cas, leur présence donnait un réel plus à ce Colloque.

Quelques notes issues des principales contributions :

Nanotechnologies et intelligence artificielle (IA)  ( Malik Ghallab, Christophe Vieu),DRs au CNRS, automaticiens au Laboratoire du CNRS, LAAS/ UPS

L’IA résulte d’une part de l’accroissement faramineux de la puissance de calcul des ordinateurs ( pas d’équivalent dans l’histoire des hommes en terme de rapidité d’évolution), du nombre d’utilisateurs ( environ 4 milliards de personnes) et d’autre part de l’abondance des données accumulées ( ce que l’on nomme le «  Big data ») . L’exploitation de ces données se fait par l’utilisation d’algorithmes (processus de traitement de données comportant une succession d’étapes précises et totalement décrites, conçues en fonction de l’objectifs recherché ; ex l’inventaire des besoins des séniors riches, ciblés en tant que clientèles potentielles).

Lire la suite

Sa Majesté des mouches W. Golding traduction 1953

Lectures Croisées du 29 novembre 2016 – par Nicole Gauthey

Le contexte : il s’agit ici du 3ème volet d’un cycle que le G.R.E.P. a intitulé Gouverner par la peur consacré a l’analyse du livre de Golding Lord of the flies 1956. Il se situe après le commentaire du film de Peter Brook par Alice Vincens et la conférence débat avec Carole Desbarrats intitulée Violence des images

1ère partie : biographie de Golding par Michel Lagoin

2ème partie : commentaire par Nicole Gauthey Lire la suite

GREP-MP. les premières conférences 2016 sur l’entreprise.

Les 2ème et 3ème conférences ont porté cette année sur l’entreprise, avec des points de vue très différents, mais pas forcément divergents. Il est intéressant de mettre en perspective ces 2 interventions :

  • Louis Gallois – Enarque, Président de nombreux grands groupes.

  • Thierry MERQUIOL – INSA – Président de Wiseed, start-up dans le crowdfunding.

Lire la suite

%d blogueurs aiment cette page :