Archives d’Auteur: sylsanchez

Le programme de Lectures de Philosophes du Temps Présent

Le groupe de lecture des Philosophes du Temps Présent reprendra ses réunions mensuelles en septembre 2022. Pour vous inscrire, merci d’écrire à: secretariat-general[ à ]grep-mp.org


Nous lirons les  livres de deux philosophes au cours de cette année 2022-23 : Dans celui de Joëlle Zask, nous verrons que le tournant écologique dépend de la démocratie. Le manifeste de Bernard Steigler, pense une technologie de l’esprit qui vise son élévation et non sa régression.

Joëlle Zask

ECOLOGIE ET DEMOCRATIE  2022  Premier Parallèle

Dans ce livre, Joëlle Zask, nous alerte :  nous devons introduire dans l’idée de citoyenneté la production, l’entretien, la préservation et la transmission d’espaces concrets partageables. En somme démocratie et écologie s’augmentent et s’impliquent l’une l’autre plutôt qu’elles ne s’opposent.

Bernard Stiegler

ARS INDUSTRIALIS Réenchanter le monde. 2006 Flammarion

Dans cet essai Bernard Stiegler vou­lant démon­trer “la vie de l’esprit”, comme le pré­co­ni­sait Han­nah Arendt, à tra­vers Ars Indus­tria­lis, l’auteur nous invite à notre propre réflexion sur le monde et ses vicis­si­tudes.

Si l’innovation se met au ser­vice des “objets com­mu­ni­cants”, qu’en est-il réel­le­ment du rôle et de la place de l’esprit, de la réflexion, dans l’organisation contem­po­raine, le capi­ta­lisme indus­triel, le modèle cultu­rel de la société de consom­ma­tion actuelle, qui fait la part belle aux tech­no­lo­gies de la communication ?

La politique n’est pas un jeu d’enfant

Ma contribution au blog à propos des événements actuels sera la suivante :

1- Je soutiens l’initiative de Jean Marie lorsqu’il propose de réfléchir à notre manière de voter au second tour en tenant compte du commun et des valeurs qui sont au centre de nos démocraties. Cependant celles ci sont complexes, elles demandent la réflexion pour être intériorisées et soutenues lors d’un vote.

2- Justement, cette complexité semble difficile d’accès à certaines personnes. C’est là que réside le risque d’effondrement de nos démocraties aujourd’hui : réduire nos décisions à des enjeux de liberté particulière. Rousseau, a bien précisé pourtant la différence entre liberté particulière et liberté civile. Mais cette distinction semble encore trop complexe pour beaucoup. En effet, on ne peut pas affirmer que l’on n’a pas besoin que l’on nous montre ce qu’il y a de mieux à faire en politique et prendre des positions équivalentes à celles d’un enfant de maternelle. Comme le disait Annah Arendt : la politique n’est pas un jeu d’enfant, c’est une affaire d’action dans le cadre d’une responsabilité collective. C’est pourquoi je vous incite moi aussi à voter de manière responsable.

3- Je suis comme Jacques Rollin et Michèle Bonnet, déçue par la décision du CA, et surprise par la demande de réfléchir à la situation actuelle alors que nous le faisons déjà et depuis longtemps dans notre atelier de lecture de philosophes mais nos travaux sont très peu suivis. Or, si nous voulons développer une pensée collective qui prenne le chemin de la construction d’un commun juste et équitable, il faudra bien nous coltiner avec les difficultés de la réflexion plutôt que d’asséner des vérités toutes faites en croyant avoir pensé.

Un essai de synthèse des lectures des articles de philosophie magazine durant la période du confinement

Sylvie Sanchez-Oliver
Membre de l’atelier lectures associées pour le Grep

Dès le départ nos lectures des articles de philosophie magazine m’ont permis de prendre conscience de la différence entre le politique et la politique avec l’article de Marcel Gauchet.

1- Le politique qui permet de mettre en place le confinement pour protéger la population car c’est

«ce qui assure l’existence et la permanence d’une communauté, d’une règle collective qui s’impose à tous parce qu’elle engage la vie et la mort de chaque membre. ».

Lire la suite

%d blogueurs aiment cette page :