CHRONIQUE sur le phénomène OXYMORE – Par Michèle-Françoise Bonnet

Fin de Commission Prospective sur le thème Le pouvoir des mots du samedi 14 mai 2022, apparition dans la bouche de Jean François Simonin de son intérêt pour Bertrand Méheust, 2009, La Politique de l’oxymore, ce qui aura comme effet d’attiser ma curiosité !

Définitions : https://fr.wikipedia.org/wiki/Oxymorehttps://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/oxymore/57123

Article de recherche : Luc Semal, « Bertrand Méheust, 2009, La Politique de l’oxymore. Comment ceux qui nous gouvernent nous masquent la réalité du monde, La Découverte, 161 p. », Développement durable et territoires [En ligne], Lectures (2002-2010), mis en ligne le 22 octobre 2009, consulté le 14 avril 2022.
URL : http:// journals.openedition.org/developpementdurable/8250

MA CHRONIQUE sur le phénomène OXYMORE 
Spontanément je pense pour répondre au « défi lancé » :

Que nous sous estimons notre naïveté et notre confiance dans nos dirigeants ils sont moins bien cultivés, bien informés que nous le croyons par contre concernant les « communicants » en tous secteurs, c’est une autre histoire (mais parallèle  et/ou imbriquée à celle des politiques et de la POLITIQUE)  et qui ressort (peut-être) des SCIENCES du LANGAGE à part entière comme le fameux phénomène total de  Marcel MAUSS dérive des observations ethnographiques des armées d’ethnologues de son époque. 

Les « individus politiques » ( OU BIEN « le personnel politique = oxymore que je ne n’utiliserais pas dans ce contexte bien que cela me démange )  sont pris en tenaille  entre  leurs convictions et toutes sortes de sollicitations propres à la sphère du « politique »  telle qu’elle est organisée (élection à 5 ans, recruter, fidéliser, faire connaissance et se faire ami  ou respecter par/avec les Grands Administrateurs de l’État qui sont en place et qui leur succéderont, enfin ne pas se faire trop emmerder par ceux qui vous entourent  ou par vos pairs où qu’ils soient  et quelque bord qu’ils  soient ! OUF !  

Dans cette sphère du politique  et quand on devient un(e) politique soit on a abandonné l’éducation par négligence , soit on  ne s’est pas rendu compte à quel point c’est un secteur fondamental, soit on ne croit pas  à son importance, soit  on en a PEUR au même  titre  qu’on a peur du peuple, des mouvements de foule dans les zones urbaines et des meurtres en série dans les campagnes …  Et  là, on touche un peu « complotisme » et/ou devient légèrement paranoïaque, c’est la « faute  à l’autre » à moins que cela ne soit que la faute à pas de chance →  et pour cela on les arguments donnés par les  évènements. (qui après n’est que le réel en train de se dérouler )  

La banalité du réel n’a d’égal que la banalité de l’oxymore, (dans son histoire l’obscure clarté de Corneille, n’est pas de la prime jeunesse ) après tout ce n’est qu’une figure de rhétorique parmi tant d’autres ! Alors comment peut-on en arriver à trouver un philosophe  de talent, essayiste et perspicace qui en fasse un ouvrage (ESSAI) aussi pertinent au niveau de l’observation – mais peu performant pour changer  – du moins rapidement les choses – car qui donc va le lire ?  Cet auteur est tout a fait dans la lignée des travaux de Baudrillard, mais en plus précis ou centré, et un peu moins obscur, MAIS QUI  aujourd’hui  a lu et s’en réfère à Baudrillard ? Et même si il AVAIT  PAR MAGIE une forte audience, cela  ne ferait que des actions de « lecture » isolées de plus et pas des  énormes ACTION RADICALES  et IMMÉDIATES que les forces – par essence obscures et surprenantes – d’inertie du « vivant », par ailleurs, viendraient contrer ? 

Pour résumer ma petite pensée qui cavale, car l’OXYMORE c’est ainsi  excessivement stimulant pour l’esprit , la POLITIQUE de l’OXYMORE – formule qui elle-même est un oxymore de énième degré, comme des  analyses lexicographique, sémantique, hyperonymique, conjuguée  à e la  pragmatique pourraient peut-être le montrer – n’est pour moi, hic et nunc, qu’un symptôme du déni social  – toutes classes, origines, situations, statuts etc. confondus et du besoin de divertissement des esprits  – DANS LE SENS PASCALIEN  du terme – surtout dans les situations les plus tragiques qu’ils soient. Las, cela concerne pratiquement tous les individus de tous les pays  mais à des degrés divers !

Ce que j’énonce est linguistique avant de pouvoir/devoir être considéré comme UN PEU anthropologique si besoin est , IL EST UNE réponse contenue  en très bonne part dans la définition la plus simple et accessible pour tous  du terme OXYMORE dans le wiki de Wikipédia : 

« Il exprime ce qui est inconcevable. Il crée donc une nouvelle réalité poétique.
Il rend compte aussi de l’absurde. »

PARMI nos derniers « avatars »  comportementaux  il est peut-être  important d’observer notre peur (individuellement) de l’absurde et/ou bien  de notre joie rigolarde  à en en faire du burlesque pour nous divertir  ( de déstresser ) ! 

Je crois tout de même,  POUR FINIR, que nombre de gens prennent  les choses tout à fait au sérieux, oeuvrent dans le bon sens, (mais lequel ? ) pour s’en rendre compte  il ne faut pas se laisser leurrer/berner/anesthésier/hameçonner par   les phénomènes de communication,  faire des cures  de « nos informations » en alternance avec des cures d’observation  pour s’éduquer en permanence, pour aider les autres  si besoin se fait sentir … 

 écrit à SAINT SULPICE LA POINTE, le dimanche 15 mai 2022 

Michèle-Françoise Bonnet

 Ps : à méditer !

Une cérémonie sans condoléances (BAUDRILLARD) https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean_Baudrillard

Le 13 mars 2007, Jean Baudrillard est mis en terre au cimetière du Montparnasse, à Paris. Cérémonie laïque et sans condoléances avec des interventions officielles et privées contradictoires faisant dire au philosophe René Schérer, présent parmi le public : « Tout ça est parfaitement normal, l’enterrement de Baudrillard n’a pas eu lieu et c’est tant mieux, à présent il va vivre ». 
-_-_-_-_-_

RAPPELS 

  •  l’oxymore a pour étymologie le paroxysme 

BAUDRILLARD a écrit :  Le Paroxyste indifférent, entretiens avec Philippe Petit, 1997.  ( c’est TOUT DIRE et c’est à lire )

Publié le 19 mai 2022, dans Commission Prospective. Bookmarquez ce permalien. 1 Commentaire.

  1. Un sujet effleuré lors de la commission prospective du 14 mai dernier. Bravo pour cette suite.

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :